HMS Victory - pilier vivant de l’histoire européenne

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Qui d’autre que le HMS Victory peut se targuer d’avoir survécu à la guerre d’Indépendance américaine, à la guerre de la Révolution française et aux guerres napoléoniennes, voir aux bombes de la Luftwaffe durant la 2ème guerre mondiale ?

La réputation de ce vaisseau de guerre a été établie lors de la bataille de Trafalgar en 1805, en tant que navire amiral de Lord Nelson; la Royal Navy affronta alors les flottes françaises et espagnoles non loin du détroit de Gibraltar.

Son histoire débuta le 6 juin 1759 pendant la guerre de Sept Ans, lorsque le Conseil de la Royal Navy  passa commande  de ce que sera le premier vaisseau de ligne à transporter 104 canons sur trois ponts. Sa construction a débuté à Chatham Dockyard le 23 Juillet 1759 et a été complété le 7 mai 1765.

Mis en service le 8 juillet 1778, il effectuera 47 ans de service actif en mer en participant à de nombreuses campagnes militaires. En 1825, le HMS Victory devient le flagship (base de commandement) de l’amiral en chef à Portsmouth et conserve jusqu’en 1869 cet honneur, qui lui est rendu 32 ans plus tard en 1901. Il reste là, au mouillage pendant des années salué par tous les navires de sa Gracieuse Majesté qui passent devant lui.

Nécessitant des rénovations, il fut mis dans la plus vieille cale sèche du monde, au coeur du secteur de l’Arsenal de Portsmouth et fut restauré dans ses conditions comme lors de la bataille de Trafalgar.

La poupe du HMS Victory

La poupe du HMS Victory

De nos jours, il est possible de le visiter au National Museum of The Royal Navy. Il est la fierté des traditions de la marine britannique. Malgré une grande affluence, 350′000 visiteurs par année, de nombreuses cérémonies militaires de la marine, des sous-mariniers et des Royal Marines se passent à son bord.

Pour plus de détails historiques et de photos au sujet du HMS Victory www.rarecollection.ch

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »